21 octobre 2022

Gratuit

Réservation recommandée : admin@cavesdumanoir.ch

19h00 : Partie officielle
19h30 : Apéritif

20h30 : Début de la soirée

02h00 : Fermeture

Gratuit 45 ans des Caves du Manoir

Jerusalem In My HeartCA/LB Jessica MossCA Kee AvilCA

En 2022, les Caves du Manoir fêtent leurs 45 ans d’existence !

Pour marquer le coup, nous nous sommes alliés au label montréalais Constellation Records et à l’agence Swamp Booking pour vous offrir une soirée unique. Pour démarrer, nous auront la chance d’accueillir Kee Avil, projet électronique expérimental de la guitariste Vicky Mettler qui terminera notre seconde résidence internationale aux Caves du Manoir. Ensuite, on troquera la guitare pour le violon de Jessica Moss qui nous envoûtera avec ses œuvres postclassiques influencées par l’électronique et le drone. Pour terminer, nous aurons droit à une performance audio-visuelle immersive distillée par le duo libano-canadien Jerusalem In My Heart.

19h00 : Partie officielle
19h30 : Apéritif

20h30 : Début de la soirée

02h00 : Fermeture

Jerusalem In My HeartCA/LB
Performance audio visuelle expérimentale

Jerusalem In My Heart (JIMH) est un projet de performance audio-visuelle live, dont le noyau est constitué par le producteur/musicien libano-canadien Radwan Ghazi Moumneh et la cinéaste montréalaise Erin Weisgerber. JIMH est une expérience immersive sonore et visuelle en direct et un effort évolutif pour forger une musique arabe expérimentale moderne mariée à des visuels faits à la main à l’aide de films analogiques 16 mm dans des installations d’écrans spécifiques.

JIMH est guidé par la fusion du chant mélodique « traditionnel » (en arabe) et du jeu de buzuk de Moumneh avec des déploiements modernes de synthèse modulaire, de conception sonore et d’enregistrements de terrain. Les enregistrements de JIMH rendent souvent hommage aux distorsions soufflées de la culture historique des cassettes arabes, traitées par les courants modernes de la musique électronique. Les thèmes lyriques de Moumneh sont profondément expressifs et riches en conscience politique et socioculturelle :  » Il y a un désir et une émotion sincères qui unifient  » l’œuvre, écrit The Wire ;  » une [musique] étonnante du moment qui parle de l’intersection du personnel et du politique avec une confiance suprême « , dit AdHoc. En 2012, Moumneh a commencé à transformer Jerusalem In My Heart en un projet d’enregistrement et un duo audiovisuel en direct où les performances peuvent être « répétées ». Les boucles et les projections de films 16 mm font partie intégrante de l’identité esthétique de JIMH – les images fixes de ces films sont également souvent utilisées pour créer les pochettes d’album et les emballages du groupe. Weisgerber manipule les propriétés photographiques, chimiques et matérielles de la pellicule 16mm, rendant des images rythmiques qui existent entre figuration et abstraction, vision extérieure et paysage intérieur ; elle réalise des boucles de film et d’audio en direct sur plusieurs projecteurs.

Les quatre albums complets de JIMH, tous parus sur le label de musique expérimentale montréalais Constellation, ont figuré à plusieurs reprises sur les listes de fin d’année de publications telles que The Quietus, The Wire, A Closer Listen, etc. Le projet a effectué de nombreuses tournées en Europe et au Canada (avec des incursions occasionnelles aux États-Unis) et s’est produit plusieurs fois à Beyrouth. JIMH a été un conservateur invité pour le festival Guess Who ? et Moumneh est intensément actif en tant qu’ingénieur du son et producteur, avec une longue liste d’albums à son actif (Matana Roberts, Big|Brave, Suuns, Fly Pan Am, Jessica Moss, Eric Chenaux, pour n’en citer que quelques-uns), travaillant dans le légendaire studio Hotel2Tango de la ville, dont Moumneh est copropriétaire. JIMH a également sorti un album en collaboration avec Suuns (sur Secretly Canadian) et a participé à un épisode de la série d’abonnements Grapefruit Records.

Jessica MossCA
Violon électronique expérimental

La violoniste, compositrice et chanteuse montréalaise Jessica Moss a joué et enregistré avec un large éventail d’ensembles au cours des deux dernières décennies. Mieux connue pour son mandat de quinze ans à la tête du Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra, elle a également été membre fondatrice du groupe avant-klezmer Black Ox Orkestar, a enregistré et tourné avec le groupe Vic Chesnutt pour les deux albums parus sous l’étiquette Constellation, et a beaucoup travaillé avec le groupe Evangelista de Carla Bozulich. Elle a également joué et enregistré en tant qu’invitée avec de nombreux artistes montréalais les plus connus, notamment Big|Brave sur leurs albums acclamés de 2015 et 2017 sur Southern Lord. Elle a participé au projet Empires of Tin de Jem Cohen et s’est jointe à des membres de Godspeed, Fugazi, White Magic et Dirty Three pour interpréter en direct la musique du film We Have Anchor de Cohen dans divers endroits en Europe et aux États-Unis.

Le catalyseur de Moss pour la création d’une oeuvre solo a été une collaboration virtuelle en 2014 avec le musicien Kevin Doria, d’Olympia, aux États-Unis, qui crée une musique drone minimaliste intensément riche et stratifiée sous le nom de Total Life et avec ses groupes Growing et Hiss Tracts. Simultanément, la Biennale de Montréal lui a demandé de créer une composition spécifique au site qui reflète le thème de l’exposition de 2014.

Seule dans son espace de pratique, équipée d’outils, de méthodes et d’expériences glanés au fil des années dans des studios, des salles de répétition, des spectacles et des tournées, Jessica a commencé à construire son style et sa structure uniques. La musique qui en est issue est longue et narrative, évoquant des images avec des sons, des mélodies et parfois des paroles, et racontant des histoires exigeantes de temps troublés. Écrite à l’oreille et à la mémoire, jamais couchée sur papier, Moss la conçoit pour la scène, où elle utilise un violon, une myriade de pédales, un microphone et trois amplificateurs.

Kee AvilCA
Guitare électrique expérimentale

Dirigé par la productrice montréalaise Vicky Mettler, Kee Avil combine la guitare, la voix, l’électroacoustique et la production électronique pour créer des assemblages de chansons qui vacillent au bord de l’effondrement tout en suintant vers l’avant, comme une résine collante ramassant et rejetant des éléments disparates en cours de route. Kee Avil est passé d’un jeu de guitare avec des cymbales et des baguettes cassées à la création de tempos et de modèles asymétriques collés par des échantillons de vis tombées dans des bols de cristal. Son premier EP éponyme, sorti en 2018 sur Black Bough Records, a exploité sa musique improvisée et ses antécédents de guitare préparée vers une sensibilité structurelle nouvelle et une expérimentation vocale / lyrique saisissante ; elle s’est plongée dans l’exploration d’architectures compositionnelles distinctives depuis lors, élargissant sa palette sonore avec des détails croissants et intensifs, où des chansons postpunk électro-industrielles avant-pop crispées et finement ouvragées sont méticuleusement assemblées pour ressembler à un désassemblage.

Affiné par des tournées pré-pandémiques en Amérique du Nord et en Europe (partageant des scènes avec Marc Ribot, Pere Ubu, Bill Orcutt et Fly Pan Am, entre autres), le travail émergent de Kee Avil est le signe d’une nouvelle voix vitale, visqueuse et virtuose dans le domaine de la chanson expérimentale – où les pierres de touche sont Juana Molina, Scott Walker, Fiona Apple et Eartheater ; où PJ Harvey rencontre Pan Daijing ou Grouper se fond avec Autechre.