17 octobre 2020
Hexerei Records – Invouta | Reaptile | Tuco

Hexerei Records – Invouta | Reaptile | Tuco

Samedi 17 octobre 2020 // Portes : 20h00 // Fermeture : 02h00

En prélocation : 15 CHF (Petzi)

Prix spécial -25 ans = – 5 CHF à la caisse sur présentation d’une carte d’identité.
Gratuit avec l’abonnement “AG Culturel

 

Nouvelle date pour cette soirée vernissage présentée par Hexerei Records aux Caves. Les fribourgeois de REAPTILE viendront présenter leur split enregistré avec les Belges de DETRVIRE. Du sludge dense et sombre qu’ils défendront avec hargne. Attention à la descente d’organes ! TUCO et son noise hardcore barré se chargera de remplacer de la plus belle des manières DETRVIRE qui ne pourront malheureusement pas être de la partie. Enfin, c’est INVOUTA qui se chargera de renvoyer tout le monde au lit avec le vernissage de leur très attendu 3ème album « Face à face », une pépite de sludge-hardcore exigeante et intègre d’une rare violence grognée en français.

 

Invouta – CH – Sludge Hardcore 

Véritable Cerbère gruérien des enfers du doom et du sludge, Invouta est un trio composé de vétérans de la scène Metal fribourgoise qui en est déjà à son 3ème album « Face à face » après les monolithiques « Invouta » en 2018 et « L’appel de la corde » en 2019 sortis chez Hexerei Records. Les paroles en français tapent exactement là où ça fait mal et sont portées par un hardcore puissant qui intègre avec cohérence les influences 80’s et 90’s les plus sombres.

 

Reaptile – CH – Sludge

MMXVI – le monde n’est pas au top, Reaptile crée pour ne rien arranger un mélange bâtardisé de sludge à l’ancienne, de grunge nerveux, de hardcore 80’s et autres dépressives joyeusetés. « Extinction Chronicles » sort chez Hexerei Records en 2018 avant un changement de line up et la sortie d’un split avec Detrvire en 2020 pour fêter la probable prochaine vaporisation de l’humanité dans le grand vide de l’histoire.

 

 

 

 

 

TUCO – CH – Noise Hardcore

Actifs depuis plus de 10 ans et composé de vétérans de la scène genevoise (Mumakil, Deceit), Tuco est un trio qui officie dans un noise-hardcore plombé qui pourrait plaire aux fans d’Unsane, de Keelhaul, ou de Knut. Du massif, du fracturé, du sombre, Tuco représente l’écho funeste des tragédies de la vie qui se répercute sur les parois en acier trempé et aux nombreuses aspérités comme autant d’espoirs auxquels se raccrocher.

Tuco aime les architectures massives, complexes, tortueuses, les murailles imprenables qui en imposent mais qui recèlent également des passages dissimulés, des ouvertures insoupçonnées où passe la lumière. Les rythmes disloqués suivent un mid-tempo sous tension, la voix sent le soufre et expulse toutes les mauvaises ondes accumulées. C’est une chape de plomb qui pétrifie sur place, de la noirceur magnifiquement poignante ; une invitation à faire corps avec cette pulsion cathartique et à se laisser tomber dans ce puits sans fond que représente leur premier album, Bottomless.