8 octobre 2020
CinéManoir - Nouvelle vague - Le mépris
Free

Après avoir voyager dans l’univers d’Eric Rohmer en juin, Les Caves du Manoir continue l’exploration de la Nouvelle Vague durant l’automne 2020. Ainsi, durant le mois de septembre, quatre soirées de septembre seront consacrées à François Truffaut et particulièrement à son personnage fétiche Antoine Doinel. Quatre films évoquant les affres amoureuses du personnage des 400 coups. Un court-métrage de 29 minutes, Antoine et Colette, annoncera les classiques Baisers volés, Domicile conjugale et l’amour en fuite. Une thématique sur l’amour magnifiquement portée par Jean-Pierre Léaud.

Le mois d’octobre sera celui de Jean-Luc Godard. Trois films devenus des classiques, qui permettront de rendre hommage à des vedettes disparues dernièrement comme Anna Karina et Michel Piccoli. Pierrot le fou, avec Anna Karina et Jean-Paul Belmondo ; Le Mépris avec Brigitte Bardot et Michel Piccoli ; Une femme est une femme avec encore Anna Karina et un Jean-Claude Brialy dont la coupe de cheveux à historiquement inspiré les Beatles.

Enfin, une œuvre monumentale le 21 novembre avec le passage, rarissime, de Out 1, de Jacques Rivette. Un film de plus de douze heures, à voir selon ses envies et sa disponibilité de 9h du matin jusqu’à 22h… Un film qui a marqué l’histoire du cinéma et qui clôturera ce cycle Nouvelle Vague, qui ne sera assurément que cinématographique… Aux Caves du Manoir.

 

Le mépris (FR), de Jean-Luc Godard, sorti en 1963, avec Brigitte Bardot et Michel Piccoli, 103 min

Jeudi 8 octobre 2020 // Portes : 19h30 // Spectacle : 20h15

Gratuit

Le scénariste parisien Paul et son épouse Camille rejoignent le réalisateur Fritz Lang en tournage pour le compte du producteur de cinéma américain Jeremy Prokosch, sur le plateau du film Ulysse (une adaptation de l’Odyssée) en chantier à la villa Malaparte à Capri en Italie.

Il est proposé à Paul Javal de reprendre et de terminer le scénario du film, ce qu’il accepte, pour des raisons économiques. Durant le séjour, Paul Javal laisse le riche producteur seul avec Camille et encourage celle-ci à demeurer avec lui, alors qu’elle, intimidée, insiste pour rester auprès de Paul. Camille pense que son mari la laisse à la merci de Prokosch par faiblesse et pour ne pas froisser ce nouvel employeur. De là naissent des malentendus, la déchirure, le mépris, et la désagrégation du couple.